Traverser le désert

Traverser le désert

Après avoir étudié plus de 500 entreprises technologiques prospères, Vivek Wadhwa, directeur de la recherche au Centre pour l’entrepreneuriat et la commercialisation de la recherche de l’université Duke, a conclu que la croyance commune selon laquelle les jeunes entrepreneurs peuvent transformer des idées en sociétés d’un milliard de dollars du jour au lendemain n’est rien d’autre qu’un mythe. Les médias font la promotion des quelques rares cas aberrants, mais la réalité est bien différente : l’âge moyen des entrepreneurs qui réussissent est de 40 ans. ” Deux fois plus d’entrepreneurs qui ont plus de 50 ans réussissent  que ceux qui ont moins de 25 ans. La grande majorité – 75 % – a plus de six ans d’expérience dans l’industrie, et la moitié a plus de dix ans lorsqu’elle crée sa start-up “, a écrit M. Wadhwa dans le Washington Post. La plupart des entrepreneurs ont entre 55 et 64 ans, et ils ont deux fois plus de chances de créer des entreprises qui réussissent que ceux qui ont entre 20 et 35 ans.

Construire quelque chose qui compte est un marathon, pas un sprint. Même les rares exceptions doivent obéir aux règles de la nature. Google a débuté en 1996 sous la forme d’un projet de thèse de deux étudiants de l’Université de Stanford qui voulaient explorer les propriétés mathématiques du World Wide Web. Le projet s’est déroulé pendant un an sous le site Web de l’Université de Stanford à l’adresse google.stanford.edu, jusqu’en 1997, lorsque les deux étudiants ont acheté leur domaine Web google.com. Un an plus tard, ils ont incorporé Google dans le garage d’un ami dans la Silicon Valley. Les fondateurs ont fait 350 présentations à des investisseurs avant d’être financés. S’ils s’étaient arrêtés en cours de route, le monde d’aujourd’hui serait totalement différent.

Les choses qui valent la peine prennent du temps. Transformer vos rêves en réalité demande beaucoup d’efforts.

Vous devrez traverser le désert pour faire de vos rêves une réalité.  La route s’assombrit quelque part en cours de route. Vous ne vous attendiez pas au désert, et vous n’y êtes pas préparé. Quand vous marchez dans l’ombre, rappelez-vous le conseil de Frank Zappa : ” Il n’y a que deux choses à retenir. Premièrement, ne vous arrêtez pas, et deuxièmement, continuez.”   Vous pouvez marcher dans le désert sans rien sur vous, ou vous pourriez tout perdre en chemin – mais on a plus rien à perdre une fois qu’on a plus rien.

Au début des années 1990, Jack Ma gagnait 14 $ par mois en enseignant l’anglais dans une université locale en Chine. Il s’est vu refuser plus de 30 emplois avant d’obtenir son poste d’enseignant. Puis, en 1995, Jack a visité les États-Unis pour la première fois, et un ami lui a montré cette nouvelle chose appelée Internet.

Quand Jack est rentré chez lui, il a rassemblé 17 amis dans son appartement, et ils ont travaillé 24 heures sur 24 pour développer un site de commerce électronique. Ils ont refusé d’arrêter malgré que leur entreprise n’ait pas fait d’argent pendant les trois premières années.  Finalement, après plusieurs années supplémentaires, leur idée est devenue Alibaba, la plus grande entreprise de commerce en ligne au monde.

Quand Alibaba est entrée en bourse, Jack a écrit une lettre à ses employés : “Nous n’avons pas survécu parce que nos stratégies sont clairvoyantes et brillantes, ou parce que notre exécution est parfaite, mais parce que pendant 15 ans nous avons persévéré dans notre mission.”

Vous souffrirez dans le désert. Vous brûlerez pendant le jour et vous gèlerez pendant la nuit. C’est le chemin. Le désert fait partie du passage, il n’y a pas d’autre moyen d’aller de l’autre côté. Continuez. Vous aurez peur, et vous serez abandonnés par tous. Vos amis pourraient vous abandonner. Ils resteront derrière, et diront que vous êtes fou de suivre un chemin aussi traître. Laisse-les, allez-vous en. Votre famille essaiera de vous arrêter parce que traverser le désert est dangereux. Ils ont peut-être raison, mais n’écoutez pas. Dites-leur seulement ce qu’ils doivent savoir, et continuez en secret si vous le devez.

Dans les années 1960, Paulo, un adolescent brésilien en difficulté, a dit à ses parents qu’il voulait devenir écrivain. Mais ses parents s’opposèrent à cette idée et le fit interner dans un établissement psychiatrique. Il s’échappa du sanatorium et trouva refuge dans la drogue, le sexe et le style de vie hippie de l’époque. Il abandonna son rêve d’être écrivain et entreprit des carrières parallèles en travaillant comme journaliste ou en écrivant des paroles de chansons pour gagner sa vie.

Il a repris le stylo à 35 ans, mais son premier livre a échoué. Cinq ans plus tard, il a publié un autre roman par l’intermédiaire d’un petit éditeur brésilien. Ils n’ont imprimé que 900 exemplaires, puis ont arrêté parce qu’il ne se vendait pas. Paulo a donc frappé aux portes et a demandé à d’autres de publier à nouveau le livre.  Une autre société a acheté les droits et l’a publié six ans plus tard sous le nom de The Alchemist.

Le roman de Paulo Coelho prit son envol et devint l’un des livres les plus vendus de tous les temps, traduit en 80 langues, et détenant même le record du monde Guinness du “livre le plus traduit par un auteur vivant”. Son voyage à travers le désert a été difficile, et il a pris plus de 30 ans.

Comment a-t-il pu continuer ? Comme Paulo l’a expliqué à Oprah Winfrey, ” Il y a une phrase dans le livre qui dit Quand tu veux quelque chose, l’univers entier conspire pour t’aider. J’ai écrit cela. Je dois donc vivre avec ces mots.”

 

Partager:

  • /

Leave A Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *